Luxembourg
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

[Cyclisme] Ivan Centrone va prendre un virage

Ivan Centrone se trouve à un tournant de sa carrière.

Le Luxembourgeois de 27 ans espère rejoindre une formation Pro Continentale d’ici à quelques jours. Sans quoi il pourrait stopper sa carrière.

Ce lundi, lorsque nous l’avons joint, Ivan Centrone souffrait d’un petit refroidissement. «J’ai dû prendre froid dans la dernière étape du Skoda Tour», explique-t-il. Ivan Centrone (27 ans) ne le cache pas : il espérait mieux, mais franchement, il n’a pas à rougir de son Tour de Luxembourg qu’il aura bouclé à la 36e place, ce qui, bien entendu, ne veut pas forcément dire grand-chose. Mais cela dit néanmoins qu’il n’était pas hors sujet. Il était souvent dans le coup lorsque les gros bras de cette édition 2022 vissaient leur poignée d’accélérateur, comme samedi dans le final de la dernière étape.

«C’était pas mal, mais j’ai eu des difficultés pour me mettre en valeur. J’ai bien roulé, c’est un peu dommage que je ne sois pas parvenu à faire un résultat sur l’une ou l’autre étape. Mais franchement, cela roulait tellement vite dans le final que j’ai perdu des opportunités. E puis, le parcours était très dur. Même si je ne suis pas parvenu à frapper fort, je reste satisfait», résume le coureur luxembourgeois.

Depuis son succès dans la dernière étape du Tour de la Guadeloupe, le Luxembourgeois de l’équipe Geofco Doltcini reste sur une bonne spirale.

À l’évidence, sa formation Geofco Doltcini, qui évolue au niveau continental (3e division), a fait avec les moyens du bord. «Notre équipe était en mode survie. On a beaucoup de jeunes. Nos deux jeunes coureurs luxembourgeois  (Alexandre Kess et Jacques Gloesener) découvraient la course et ce n’était pas simple pour Alexandre qui revenait à la compétition après une blessure (fracture du scaphoïde). Ils ont fait ce qu’ils pouvaient», remarque l’intéressé.

Une décision à prendre

Pour la suite de la saison, il ne lui reste au mieux qu’une course à disputer. «Je devais participer mercredi en Belgique à l’Omloop van het Houtland entre Middelkerke et Lichtervelde, mais comme je suis un peu souffrant, je ne vais pas m’y aligner. Par contre, je vais recourir le 4 octobre avec Binche-Chimay-Binche. Et puis je pense que ce sera fini. Comme le restant de l’année, notre programme de courses est assez maigre. On se rapproche de la fin de la saison…»

Et qui dit fin de saison, dit aussi tractations pour l’exercice suivant. «Pour la suite, avec mon frère et mon agent, nous sommes en train de discuter avec des équipes. J’ai pu performer graduellement, c’est monté de mois en mois, et l’année prochaine, je devrais rejoindre une équipe Pro Continentale», assure-t-il avant de préciser : «Rien n’est encore signé.»

Il connaît l’urgence qu’il y a à s’engager tant que des places restent vacantes. Il conclut : «On ne va pas trop tarder, mes résultats ne vont pas changer ces prochaines semaines. Et je veux continuer ma carrière. Il faut garder la confiance. Je sais que les places sont toujours plus chères, surtout avec le phénomène des relégations. Ce qui est important, c’est que je monte mon niveau d’un cran avec un programme de courses qui me permette de progresser en fonction de mes capacités. Si je ne suis pas professionnel la saison prochaine, alors je préfère arrêter. Cette saison, il y a eu beaucoup de dépenses, que ce soit avec les trajets ou avec le matériel. Cela reste un sport très cher. La suite sera professionnelle, sinon je m’arrêterai…»