Luxembourg
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Rechter a Flichten: Reform vu Gemenge-Gesetz: politesch Mandater méi attraktiv maachen

Méi Transparenz a kloer Reegelen. Awer och méi politesche Congé an d'Erhéijung vun der Indemnisatioun gesäit de Gesetzestext vir, deen um Instanzewee ass.

De "Congé politique" soll mat der Reform an "Décharge pour activités politiques" ëmbenannt ginn, fir der Aufgab vun de Gemengepolitiker Rechnung ze droen. Gemengepolitiker, de Syvicol an d'Gemengepersonal hätte sech dofir ausgeschwat, d'Zäit, déi engem Gemengepolitiker zur Verfügung steet, z'erhéijen. Dëser Demande hätt ee Rechnung gedroen, esou d'Inneministesch Taina Bofferding.

Esou solle Buergermeeschteren an de Gemenge vu manner wéi 10.000 Awunner bis zu 6 Stonnen d'Woch bäikréien. Och d'Schäffe kréie méi Zäit fir hiert politescht Mandat. An de grousse Gemenge si bis zu 4 Stonne méi virgesinn. Do kréien och d'Conseillere Stonne bäi.

Wichteg wier awer och d'Flexibiliséierung vun der "Décharge pour activités politiques", wéi Taina Bofferding erkläert: "D'Gemengen hunn awer och e Kontingent vu flexibele Stonnen zur Verfügung, heescht, datt de Gemengerot selwer kann decidéieren u wien en déi do Stonnen nach wëll ginn."

D'Indemnitéite fir Independanten a politesch Mandatairen ouni Beruff sollen, wéi an der Chamber schonn de Fall, vun 2 op 4 Mol de qualifizéierte Mindestloun ugehuewe ginn.

Immunitéit vun de Gemenge gëtt ofgeschaaft

Déi strofrechtlech Verantwortung vun de Gemengepolitiker iwwerdeems gëtt nei gereegelt, andeems d'Immunitéit vun de Gemengen ofgeschaaft gëtt.

Taina Bofferding: "Dat heescht lo net, datt et eng Immunitéit fir déi Gewielte gëtt, mä och hei méi kloer Reegelen. Dass dee Moment gekuckt gëtt: ass et d'Gemeng, déi muss penal poursuivéiert ginn oder ass et eventuell awer de Buergermeeschter, d'Buergermeeschtesch oder soss ee Member vum Gemengerot, dee lo hei wëssentlech de Feeler gemaach huet?"

De Gesetzesprojet fir d'Gemengereform gesäit och en eenheetlechen Deontologies-Kodex fir all d'Gemenge vir. Deemno dierfte Gemengepolitiker zum Beispill keng Kaddoe vu méi wéi 150€ vu privater Säit unhuelen. E sougenannte "Référent déontologique" am Inneministère soll zur Verfügung stoen, falls Gemengepolitiker an där enger oder anerer Saach Bedenken hunn.

Lëscht vun Incompatibilitéite gëtt vergréissert

Fir Interessenskonflikter ze verhënneren, gëtt d'Lëscht vun Incompatibilitéite mat engem politesche Gemengemandat vergréissert. Trëtt d'Reform bis a Kraaft, dierfe weder Mataarbechter vum Waasserwirtschaftsamt, nach vum Institut national pour le patrimoine architectural oder dem Institut national de recherches archéologiques gemengepolitesch aktiv sinn.

D'Taina Bofferding hofft, datt d'Reform vum Gesetz esou bal wéi méiglech gestëmmt gëtt, fir datt et scho fir d'Walen den 11. Juni 2023 gräife kann an esou méiglechst vill verschidde Bierger motivéiert sinn, ze kandidéieren.

PDF: Schreiwes "mateneen fir eng modern Gemeng"

Schreiwes vum Inneministère

En vue des élections communales de 2023: Taina Bofferding souhaite promouvoir davantage l'attractivité du mandat communal (13.09.2022)
Communiqué par : ministère de l’Intérieur
À moins d'un an des élections communales et dans le cadre de la refonte de la loi communale placée sous le slogan «mateneen fir eng modern Gemeng», la ministre de l'Intérieur, Taina Bofferding, a présenté, lors d’une conférence de presse, la partie de réforme visant à améliorer l'attractivité du mandat de l’élu-e local-e.

Le projet de loi n°8052 qui a été déposé à la Chambre des députés fin juillet précise les droits et devoirs de l’élu-e local-e. La loi communale actuelle datant de 1988 nécessite de refléter les évolutions et besoins locaux, objectif de la refonte précitée qui a été entamée en janvier 2020 avec le dépôt d’un projet de loi modifiant et adaptant la surveillance administrative de la gestion communale pour la moderniser, l’alléger et la digitaliser. Le projet de loi n°8052 regroupe plusieurs domaines ayant trait au statut des mandataires locaux, il concerne plus précisément les incompatibilités de fonction, l’introduction de principes déontologiques et d’une meilleure protection pénale desdits mandataires ainsi qu’une augmentation du nombre d’heures de congé politique.

«Si nous voulons renforcer la démocratie locale, il est primordial de rendre le mandat local plus attrayant afin que toute-s les citoyen-ne-s puissent s'y intéresser et disposer des moyens pour s’impliquer. À travers ce projet de loi, nous améliorons le cadre légal pour l’exercice de cette noble tâche au service de la population», souligne la ministre.

En ce qui concerne l'instauration de principes déontologiques, le projet de loi introduit des normes de comportement, complémentaires à ceux définis dans la loi communale, que les membres du conseil communal doivent adopter dans le cadre de l'exercice de leurs fonctions et que les citoyen-ne-s sont en droit d'attendre de leur part. Ainsi, toute acceptation de cadeaux ou d’avantages similaires d’une valeur de plus de 150 euros, offerts par des personnes privées, sera notamment interdite. De même, les mandataires devront remplir une déclaration d’intérêts ainsi qu’une déclaration de leur patrimoine immobilier. Un référent déontologue et un comité d’éthique seront instaurés afin de conseiller les élu-e-s sur la bonne application des principes déontologiques.

Des modifications ont également été apportées au niveau des incompatibilités du mandat local avec la qualité de fonctionnaire ou d’employé de certaines administrations étatiques.

Par ailleurs, l'immunité pénale des communes sera abolie afin de protéger les membres des organes légaux des communes et des entités assimilées qui voient leur responsabilité pénale engagée pour des faits commis dans le cadre de l'exercice de leurs fonctions en tant que mandataires publics. Suite à des situations qui mettaient en cause la responsabilité pénale de membres de collèges des bourgmestre et échevins, il est indispensable de créer un régime spécial de responsabilité pénale des élu-e-s sans pour autant leur offrir une immunité pénale, ceci dans l'intention de promouvoir le mandat politique local et la démocratie locale.

Finalement, le congé politique des bourgmestres, échevin-e-s, membres du conseil communal et des délégué-e-s au comité des syndicats intercommunaux qui changera également de dénomination pour devenir une «décharge pour activités politiques» sera adapté afin de permettre aux élu-e-s locaux/-ales de consacrer plus de temps à l'exercice de leurs missions, dans l’intérêt de la collectivité. Ainsi, il est procédé à l'augmentation du nombre d’heures individuelles de décharge auxquelles les membres du conseil communal ont droit ainsi que du contingent d'heures supplémentaires à répartir librement par chaque conseil communal. Finalement, l’indemnisation du congé politique à laquelle ont droit les élu-e-s indépendant-e-s ou sans profession sera augmentée à 4 fois le salaire social minimum qualifié, au lieu de 2 fois, à l’instar des modalités d’indemnisation en vigueur pour les membres de la Chambre des députés.