Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

À la Une: au Pérou, la chute du président Pedro Castillo

Le président Pedro Castillo a été destitué mercredi 7 décembre par le Parlement, alors qu’il tentait de le dissoudre. C’est sa vice-présidente Dina Boluarte qui a été investie. Pedro Castillo est en prison.  

Et El Comercio se demande pourquoi Pedro Castillo « a tenté de dissoudre le Congrès sans avoir un plan », alors que celui-ci devait examiner une nouvelle proposition de destitution du président. « De toutes les sorties politiques à la crise que cherchait l’opposition, c’est la plus inattendue qui est advenue, rapporte le journal. Exécutée par Pedro Castillo en personne, de manière involontaire et improvisée, contre lui-même : il a perpétré un coup d’État, avec une telle faiblesse et un tel manque de confiance dans ses alliés qu’il s’est retrouvé isolé et détenu… ». 

Selon Radio Programas del Perul’ancien instituteur, lorsqu’il a annoncé la dissolution du Parlement et la mise en place d’un gouvernement d’exception, avait clairement l’intention de se convertir « en un dictateur de plus dans l’histoire du Pérou ». Mais « il n’a pas été suivi par son propre cabinet ministériel », souligne le site d’information. « Un coup d’État raté a mis en évidence la force de la démocratie et des institutions », se félicite La Republica

Dina Boluarte, première présidente du Pérou 

Pedro Castillo a été emprisonné à la direction des Opérations spéciales, où est également enfermé un autre ex-président, Alberto Fujimori, note Diario Correo. Alberto Fujimori dont la fille, Keiko Fujimori, qui avait perdu présidentielle l’an dernier contre Pedro Castillo, a salué l’arrivée au pouvoir de la vice-présidente Dina Boluarte, rapporte le journal.

De fait, pour La Republica, Dina Boluarte a été investie grâce à une trêve avec l’opposition, « mais la désignation de ses ministres pourrait déterminer la durée de cette lune de miel ». Selon une politologue interrogée par le journal, la nouvelle présidente « devra former un cabinet technique, mais qui réponde aux aspirations de tout le monde ».

En tout cas, Dina Boluarte devient la première femme à présider le Pérou, note Radio Programas del Peru. Dina Boluarte, 60 ans, avocate, était ministre du Développement et de l’inclusion sociale dans le gouvernement de Pedro Castillo, une charge à laquelle elle avait renoncé il y a dix jours, rappelle El Comercio, « pour marquer ses distances avec le gouvernement de Pedro Castillo ».  

Plan de « Paix totale » en Colombie 

En Colombie, le président Petro soutient un processus de paix inédit entre des gangs de Buenaventura, le grand port de l’ouest du pays. Cela fait partie du Plan de paix totale de Gustavo Petro avec les bandes criminelles, écrit El Espectador. Une table ronde était organisée ce mercredi 7 décembre à Buenaventura entre les deux gangs qui ont mis la ville en coupe réglée, les Shottas et les Espartanos. L’idée, explique le journal, c’est « qu’ils se soumettent à la justice et pacifient Buenaventura, une zone où ont lieu toutes sortes de violences – homicides, déplacement forcés et enlèvement, entre autres ». 

En un an, le conflit qui oppose les deux bandes armées a fait 189 morts. Mais depuis début septembre, une trêve a été mise en place – à l’occasion d’une partie de football, rappelle El Espectador. Elle a permis à Buenaventura de connaître « 92 jours sans morts violentes », a souligné mercredi 7 décembre la vice-présidente Francia Marquez, reprise par El Tiempo.

La table ronde organisée ce mercredi était pour le gouvernement une manière d’appuyer ces efforts, pour un processus de « paix urbaine » qualifié d’« inédit » par Gustavo Petro, souligne El Espectador. Étaient présents, en plus du président et de la vice-présidente de Colombie, le Haut-Commissaire pour la paix, ainsi que des représentants de la communauté internationale, comme l’envoyée spéciale de l’Union européenne.  

Révélations sur le meurtre du président Jovenel Moïse 

Dans le Miami Herald, des révélations sur le meurtre du président Jovenel Moïse. Selon le journal, qui se base sur un rapport de la police haïtienne, des écoutes téléphoniques et des inculpations américaines, l’objectif était à l’origine de kidnapper Jovenel Moïse le 19 juin 2021. Le plan a échoué, et le président a finalement été assassiné le 7 juillet suivant.

Selon le journal, les assassins auraient emporté avec eux en s’enfuyant une énorme somme d’argent, cachée à l’intérieur de la maison du président. Certains observateurs se sont demandés pourquoi le président avait autant d’argent chez lui, écrit le journal, qui précise que selon ses sources policières américaines, l’argent ou un éventuel trafic de drogue ne font pas partie de l’enquête.  

Enfin, Gazette Haïti, qui reprend l’article du Miami Herald, annonce que Martine Moïse, la veuve du président, « exige le déport du juge Walter W. Voltaire ». Le journal précise que Walter W. Voltaire est déjà le cinquième juge chargé du dossier de l’assassinat du président.