Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Afghanistan: première exécution publique officielle depuis le retour des talibans

En Afghanistan les talibans ont procédé à une exécution publique hier, mercredi 7 décembre. C’est la première exécution publique depuis leur retour au pouvoir il y a plus d’un an. Elle a eu lieu dans l’ouest du pays à Farah. Le mis à mort avait été condamné pour meurtre.

Avec notre correspondante régionale, Sonia Ghezali

Tajmir a été exécuté par le père de la victime qui, armé d’une Kalachnikov, lui a tiré trois fois dessus. L’exécution a eu lieu devant un public composé d’habitants de la province de Farah. L’homme mis à mort avait été reconnu coupable du meurtre d’un homme perpétré en 2017. « L’affaire a été examinée de manière très précise » a affirmé le porte-parole des talibans, assurant que différents tribunaux l’avaient examiné de manière approfondie. Plusieurs membres de la société civile ainsi que des organisations et des militants des droits de l’hommes ont vivement réagi après l’annonce.

Application rigoriste de la loi islamiste

Depuis leur retour au pouvoir, les talibans, qui avaient pourtant promis de se montrer plus souples, appliquent au contraire la loi islamique de façon très rigoriste. Depuis qu’ils se sont emparés du pouvoir, ils ont procédé à plusieurs flagellations publiques. Il y a un mois, le chef suprême des talibans avait donné le ton en ordonnant aux juges d'appliquer la charia islamique à la lettre, notamment les exécutions publiques, les lapidations,  les flagellations et l'amputation de membres pour les voleurs. 

La profonde préoccupation de l'ONU

« Nous sommes bien entendu profondément préoccupés par l’exécution publique qui s’est déroulée aujourd’hui en Afghanistan, indique Stéphanie Tremblay, la porte-parole du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres. Notre position est toujours la même, notre position n’a jamais changé : les Nations unies sont opposées à la peine de mort ; cette punition ne peut coexister avec le droit à la vie. Nous appelons donc au retour au moratoire sur la peine capitale dans le pays ».

►À lire aussi Afghanistan: la charia sera désormais appliquée, annoncent les talibans