Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Campagne des Républicains: Bruno Retailleau promet de tout changer lors de sa première réunion

À droite de l'échiquier politique français, la campagne pour reprendre la tête du parti Les Républicains est lancée. Le candidat et patron des sénateurs LR, Bruno Retailleau, a fait sa première réunion publique, le mercredi 14 septembre au soir, à Biarritz, dans le Sud-Ouest. Première étape d’un long tour de France pour convaincre les quelque 50 000 militants de le choisir pour redresser la droite après la raclée de la présidentielle.

Avec notre envoyée spéciale à Biarritz, Lucile Gimberg

Pour tenter de remobiliser les militants LR abattus par les moins de 5% de Valérie Pécresse à la présidentielle, le sénateur Bruno Retailleau promet de tout changer : « Si on ne change rien, si on reprend les vieilles habitudes, nous sommes morts ! », clame-t-il devant ses partisans à Biarritz. Un nouveau nom, un nouveau siège et surtout, plus de pouvoir pour les militants au sein de LR. « Je pense que notre parti est trop parisien. Il y a trop de chapeaux à plumes et je veux vraiment écouter les militants. Moi je pense que sur chaque grande orientation, il faut des référents. »

Quant à la ligne, ce sera celle d’une « vraie droite », assène-t-il. Une droite qui défend l’ordre, la liberté d’entreprendre et qui parle d’identité. « Pas plus que je veux laisser le mot de "patriotisme" à Marine Le Pen, je ne souhaite laisser le mot de "civilisation" à monsieur Éric Zemmour ou à d’autres », lance-t-il.

Retraités

Parmi les quelque 150 adhérents qui l’écoutent, tous retraités ou presque, Pierre-François était conquis d’avance. « Chrétienté et des valeurs de droite. Et quand on écoute ses discours, c’est très clair », se réjouit-il.

Mais la plupart ne se sont pas encore décidés. « J’ai trouvé qu’il avait du punch, on va réfléchir un peu », témoigne un autre.

Quant à Myriam, ancienne militante, elle n’y croit plus beaucoup. « J’espère que les jeunes vont quand même prendre la relève parce qu’on est quand même un parti de vieux. Je suis désolée. »

►À lire aussi France: Aurélien Pradié, le franc-tireur qui veut créer la surprise à la tête des LR