Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Chine: vive émotion après l'accident d'un bus se rendant dans un centre de quarantaine

Un accident de bus a fait 27 morts et 20 blessés sur une autoroute du sud-ouest de la Chine dimanche 18 septembre. Le drame a suscité une vive émotion sur les réseaux sociaux. Selon les médias locaux, le bus se dirigeait vers un centre de quarantaine Covid. 

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

S’agit-il de l’accident de trop qui pourrait faire déborder la fatigue du « zéro Covid  » en Chine ? Les autorités ont en tout cas immédiatement réagi (ouverture d’une enquête, censure) afin de tenter d’éteindre l’émotion et la colère qui a aussitôt envahi les réseaux sociaux.

Il était près de 2h40 dimanche matin quand un bus s’est renversé sur l’autoroute de Sanli, dans le Guizhou. Cette province de la Chine méridionale est en proie à un pic d’infections Omicron. Quelque 712 nouveaux cas ont été enregistrés la veille. Selon le quotidien officiel de la province, dimanche soir, l’autocar transportait des personnes « affectées par les contrôles de l’épidémie », en l’occurrence probablement des cas positifs ou contacts transportés vers un centre de quarantaine.  

Déconfinement et accident  

Des images difficiles à vérifier et aujourd’hui censurées ont circulé dimanche sur le réseau Weibo montrant des passagers et le conducteur du bus équipés de combinaisons blanches intégrales et de lunettes de protection à l’intérieur du véhicule, suscitant une avalanche de commentaires : « Ce n’est pas le Covid qui tue, mais le transport lors des mises en quarantaine », ou encore « nous sommes tous dans le bus de Guiyang », du nom de cette capitale provinciale régionale d’où est parti l’autocar. 

► À écouter aussi : En Chine, le «zéro Covid», quoi qu'il en coûte

La mégalopole et ses six millions d’habitants étaient confinés au début du mois. Comme souvent à l’occasion des déconfinements en Chine, certaines villes éloignent des milliers de résidents dans leur lointaine périphérie par manque de centres réservés aux patients infectés ou pour faire redescendre plus vite les statistiques Covid. Selon un responsable de Guiyang chargé des quarantaines, un bon millier de personnes qui auraient été exposées au virus ont été transférées dans des centres de quarantaines. En raison de la capacité limitée de la ville, des centaines de personnes infectées ont été emmenées dans des centres à l’extérieur de Guiyang, a-t-il affirmé lors d’une conférence de presse donnée la veille de l’accident et dans des propos rapportés par le South China Morning Post.

Les autorités locales ont ordonné la mise en place d’une équipe d’enquêteurs chargée de faire toute la lumière sur ce qui s’est passé. « Nous devons tirer des leçons de l’accident, revoir l’isolement et le transfert des personnes impliquées dans l’épidémie et procéder à des rectifications », ont déclaré les responsables cités par le quotidien de Guizhou. Des drames qui, à chaque fois, ravivent les critiques face à la politique sanitaire chinois. En janvier dernier, à Xi’an, dans le centre du pays, la perte d’un bébé par une femme enceinte que l’hôpital avait refusé de la laisser entrer en raison des mesures épidémiques, avait provoqué également une vive émotion sur les réseaux.