Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

En France, le vice-président de la BOAD libéré quelques heures après son arrestation

Moustapha Ben Barka, vice-président de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) et ancien secrétaire général de la présidence du Mali, a été libéré ce mardi à Paris, 24 heures après son interpellation dans un aéroport de la capitale française. On sait maintenant officiellement que c'est à cause d'un mandat d'arrêt émis par Bamako auprès d'Interpol que la justice française l'a brièvement interpellé.

Avec notre correspondant dans la région, Serge Daniel

Dès qu’il a été interpellé lundi à Paris, alors qu’il était en transit à destination de Séoul, Moustapha Ben Barka a été placé en rétention judiciaire. Il lui a été signifié qu’il était visé par un mandat d’arrêt international émis par les autorités de son pays, le Mali, dans le cadre d’une affaire d’achat d’équipements d’un avion présidentiel.

S’il a été libéré selon une source au cœur du dossier, ce n’est pas sur le fond du dossier. Mais c’est parce que la justice française a estimé que la junte malienne au pouvoir ne donnait pas assez de garanties pour le fonctionnement d’une justice indépendante.  

Actuellement vice-président de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD), l’homme fut notamment dans son pays tout puissant ministre avec portefeuille, et ensuite secrétaire général de la présidence. Dans ces fonctions, il a été impliqué dans le processus d’achat d’équipements militaires et d’un avion présidentiel.

Lors d’investigations, le Vérificateur général du Mali (le Monsieur anti-corruption) et la justice avaient découvert de présumées malversations. Moustapha Ben Barka avaient été discrètement entendu par les enquêteurs au Mali. Après le coup d’État d’août 2020, le dossier a été rouvert, des personnalités emprisonnées, et des mandats d’arrêts délivrés, notamment contre Moustapha Ben Barka.

Il y avait une notice rouge délivrée par Interpol à la suite du mandat d’arrêt délivré par Bamako. Or ce mandat posait plusieurs problèmes. D’abord monsieur Ben Barka n’était pas en fuite…

Maître Marcel Ceccaldi, avocat de Moustapha Ben Barka

David Baché