Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

En Inde, une vaste organisation musulmane interdite par les autorités

Le gouvernement indien vient d'interdire une très grande organisation musulmane, appelée Popular Front of India, pour ses liens supposés avec des mouvements terroristes. Des dizaines de ses membres ont été arrêtés dans un coup de filet national. Le gouvernement nationaliste hindou renforce ainsi sa réputation en matière de lutte contre la sphère radicale musulmane. Mais l'opposition demande que les mêmes efforts soient menés contre les radicaux hindouistes, impunis jusqu'à présent.

Avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis

Cela faisait des années que le Popular Front of India était surveillé par les services de renseignement, pour des actions violentes comme la mutilation d'un professeur accusé de blasphème, ainsi que pour ses liens avec des organisations terroristes internationales, comme al-Qaïda.

Certains de ses membres venaient en effet d'un autre groupe jihadiste, le Student Islamic Movement of India, banni en 2001. Le Popular Front of India est ainsi interdit pour au moins cinq ans, et des dizaines de ses cadres ont été arrêtés dans tout le pays, et particulièrement au Kerala, où l'organisation est la plus développée. Ils sont professeurs d’université, fonctionnaires ou informaticiens.

L'opposition politique laïque approuve cette lutte contre l'extrémisme, mais soutient que les musulmans ne doivent pas être les seuls visés. Les organisations hindouistes, proches du pouvoir, disent-ils, doivent aussi être interdites pour leurs actions violentes contre les musulmans.

►Écouter aussi : Inde : comment le gouvernement de Narendra Modi stigmatise de plus en plus les musulmans