Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Foot: ces années où l’équipe de France a perdu au moins trois matches officiels

Battue par le Danemark ce 25 septembre, l’équipe de France de football a perdu un troisième match en compétition officielle en 2022. Un tel bilan sur une année civile, ce n’est arrivé que quatre fois aux Français : en 1966, en 1981, en 2008 et en 2010. Quatre années peu reluisantes pour les Bleus. Retour en arrière.

1966, un Mondial expéditif et une série négative

Durant les années 1960, l’équipe de France de football est encore loin d’être ce qu’elle est devenue durant les années 1990 et 2000 : une sélection dominante. En témoigne sa participation expéditive à la Coupe du monde 1966. Huit ans après un beau Mondial 1958 (3e place) mais quatre ans après avoir raté l’édition 1962, les Bleus reviennent en phase finale pleins d’espoir. Ils repartent d’Angleterre aussi sec, après un nul 1-1 face au Mexique, et des défaites face aux Uruguayens (2-1) et aux Anglais (2-0).

Au total, ils ont enchaîné sept matches sans victoire, en 1966. A l’époque, ce genre de série négative reste toutefois courante pour eux. Il faut en effet attendre une dizaine d’années pour que le foot français retrouve le devant de la scène, que ce soit à travers l’épopée de l’AS Saint-Etienne en coupe d’Europe ou du retour des Bleus en Coupe du monde (en 1978).

1981, année de transition

Le début des années 1980 illustre bien la transition que traverse l’équipe de France de football : séduisante en attaque avec des talents offensifs comme Michel Platini, Alain Giresse, Dominique Rocheteau et Didier Six, mais friable en défense (12 buts encaissés en 8 matches en 1981) ; forte à domicile avec trois succès en quatre rencontres au Parc des Princes, mais fragile à l’extérieur avec des revers en Espagne, aux Pays-Bas ou en Irlande.

Bilan de ces 12 mois : 3 victoires et 5 défaites. Malgré ces résultats en dents de scie, les Bleus se qualifient de justesse pour la Coupe du monde 1982. Une édition où ils finiront quatrièmes, après une demi-finale mythique perdue à Séville face à l’Allemagne (5-4 TAB, 3-3 AP).

► A lire aussi : Coupe du monde 2018: Le football français au sommet après 60 années de montagnes russes

2008, la demande en mariage et l’odeur du sang

Deux ans après une finale de Coupe du monde 2006 perdue face à l’Italie, l’ambiance a radicalement changé en équipe de France. Zinédine Zidane a pris sa retraite et Raymond Domenech est resté seul maître à bord. Mais les résultats ne sont plus au rendez-vous. Les Bleus sont sortis dès le premier tour d’un triste Euro 2008, après un nul face à la Roumanie (0-0), une déroute face aux Pays-Bas (4-1) et un revers face aux rivaux italiens (2-0). Dépité par cette élimination, le sélectionneur demande en mariage en direct juste après le match face à l’Italie sa compagne, la journaliste Estelle Denis.

Malgré les critiques qui s’ensuivent, le technicien s’accroche à son poste. Y compris après une défaite deux mois plus tard, en Autriche, en qualifications pour la Coupe du monde 2010. Lors du point presse suivant, Domenech ironise sur les nombreux journalistes présents, attirés par « l’odeur du sang », selon lui. « Heureusement que les lois d'exception et la guillotine n'existent plus, sinon certains parmi vous se feraient un malin plaisir de m'envoyer sur l'échafaud », lance-t-il. Le bilan français cette année-là : 6 victoires, 4 nuls et 4 défaites.

2010, une grève et un fiasco en mondovision

Si ce n’est pas la pire année de l’histoire de l’équipe de France, ce n’en est pas loin. Qualifiés dans la polémique face à l’Irlande pour la Coupe du monde – grâce à une faute de main de Thierry Henry sur un but décisif de William Gallas – les Bleus se ridiculisent l’année suivante, en Afrique du Sud. Tout d’abord avec une grève de l’entraînement décrétée par les joueurs en soutien à Nicolas Anelka, exclu du groupe suite à la parution dans la presse d’insultes envers Raymond Domenech. Puis avec une sortie dès le premier tour du Mondial 2010 (2 revers, 1 nul).

Une semaine après ce fiasco, le président de la Fédération française Jean-Pierre Escalettes démissionne. Domenech, lui, est viré dans la foulée. Plusieurs joueurs, notamment Anelka et le capitaine Patrice Evra, sont exclus pour plusieurs rencontres. Bilan des 13 matches des tricolores en 2010 : 6 défaites, 2 nuls et 5 victoires.