Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Le Maroc, une présence de plus en plus affirmée sur la scène diplomatique arabe

Mohamed VI, le roi du Maroc en Algérie ? Le souverain marocain prendrait part personnellement au sommet de la Ligue arabe, à Alger, prévu les 1er et 2 novembre prochain. C'est ce qu'a affirmé Jeune Afrique citant des sources « bien informées » dans les pays du Golfe. Un premier pas diplomatique du Maroc vers son voisin maghrébin ou une offensive diplomatique à grande visée ?

Le palais royal marocain ne confirme pas l'information mais ne la nie pas non plus. L'Algérie ne réagit pas non plus officiellement.

Cette annonce serait-elle une sorte de ballon d'essai marocain pour examiner la volonté algérienne de normaliser avec Rabat ? En tout cas, la presse algérienne n'a pas accordé de l'importance à l'information notant que si visite il y a, elle intervient dans le cadre du sommet arabe et non pas dans le cadre des relations bilatérales.

Pour Pierre Vermerin, professeur des universités, spécialiste de l'Afrique du Nord, le Maroc ne veut plus pratiquer la politique de la chaise vide. « Le Maroc a déjà expérimenté (cette politique) à l’OUA (l’Union africaine) pendant presque trente ans, et je pense qu’aujourd’hui le Maroc à l’inverse de la politique de la chaise vide, a justement occupé le terrain.

Et donc l’occupation dans ces conditions de sa place au sommet de la Ligue arabe, même en Algérie, c’est au contraire quelque chose qui peut surprendre vue de l’extérieur, parce qu’on pense que les deux pays n’ont plus d’échanges, mais en réalité la scène cette fois-ci ce n’est pas la scène maroco-algérienne.

C’est la scène arabe et le Maroc doit se dire qu’il n’a aucune raison de démissionner de cette scène, qu’au contraire il y occupe une place légitime et que c’est là-bas et auprès de ses pairs qu’il va faire valoir ses droits. Donc, j’y vois au contraire une confirmation de la politique offensive du Maroc sur le terrain diplomatique et en particulier la question qui lui tient le plus (à coeur), le dossier du Sahara. »

À lire aussi: Sahara occidental: Mohammed VI exhorte à soutenir «sans équivoque» le Maroc