Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Le rappeur Orelsan à Madagascar pour un concert et pour initier son «projet Ony»

À Madagascar, c’est l’événement musical de la rentrée, dont on parle depuis des mois dans la capitale. L’artiste français Orelsan a débarqué sur la Grande Île, depuis une semaine avec toute son équipe.  Si le point d’orgue de cette visite est évidemment le grand concert donné ce vendredi 23 septembre au Palais des Sports de Mahamasina, le rappeur-cinéaste-producteur touche-à-tout est aussi là pour tester son « projet Ony ».

Avec notre correspondante à Antananarivo, Sarah Tétaud

Le « projet ony » est une sorte d’accompagnement proposé aux artistes malgaches :  un échange, un partage de connaissances et de précieux conseils.

Sur la scène de la Teinturerie, scène rock par excellence de la capitale, Eddie Purple, le guitariste d’Orelsan, joue avec de jeunes artistes malgaches. Ils répètent un morceau qu’ils viennent de composer ensemble. Un peu à l’écart, Orelsan observe, le sourire satisfait.

« Au début, je suis venu avec zéro idée. Juste l’envie de faire quelque chose avec Madagascar, comme je venais assez souvent puisque ma femme est malgache, qu’elle a toute sa famille ici, et que j’aimais beaucoup le pays, explique-t-il. Donc, en réfléchissant, petit à petit, on s’est dit que, ce qui pourrait être bien, ce serait d’accompagner des gens dans le secteur de la musique et du cinéma, un peu jeux-vidéo aussi. Enfin, plutôt “culture que je maîtrise” tu vois, un peu “culture jeune”. Amener un peu du conseil, essayer de créer des ponts. »

Ponts entre les métiers

Il s’agit de ponts entre des métiers, à Madagascar et en France, et entre des personnes aussi. Alors, depuis une semaine, les différentes conférences et master class s’enchaînent. Un test pour initier le projet Ony sur la durée. 

« C’est complètement la première pierre, poursuit Orelsan. Je me suis dit : “Si je viens, moi, avec mon équipe, et qu’on fait le concert, comme en France, avec des vrais moyens, des lumières, du son, avec les musiciens, avec les techniciens, - là on est 25, c’est à peu près le nombre qu’on est quand on part en festival. Si j’arrive à faire le concert comme ça, ça veut dire que c’est faisable, que je vais pouvoir inviter d’autres gens à venir et derrière aussi, que je pourrai impliquer des partenaires dedans.” »

Une première pierre, bientôt un premier concert, et le début, comme tous ici tous l’espèrent, d’une collaboration durable avec le rappeur multi-primé et son équipe.