Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Madagascar: la Banque mondiale appelle le secteur privé à investir

La vice-présidente de la Banque mondiale pour l'Afrique de l'est et australe, Victoria Kwakwa a rencontré les autorités malgaches ainsi que le secteur privé et la société civile, mercredi 7 décembre. La visite intervient alors que l'institution de Bretton-Woods finalise sa stratégie de partenariat avec Madagascar pour les cinq années à venir. Pour la Banque mondiale, une croissance inclusive est importante pour briser le cycle de la pauvreté.

Avec notre correspondante à Antananarivo, Laetitia Bezain

La récession a fait basculer 2,4 millions de Malgaches sous le seuil de pauvreté. Pour Victoria Kwakwa, vice-présidente de la Banque mondiale, accélérer les investissements du secteur privé est essentielle pour réduire le taux de pauvreté qui a atteint un niveau record de près de 82%.

« Le gouvernement et le secteur public ne peuvent pas à eux seuls créer les centaines de milliers, voire les millions d'emplois qui vont être nécessaires, et des emplois significatifs. Ces réformes concernent l'amélioration de l'environnement du secteur privé et des affaires pour permettre à ce secteur de jouer un rôle plus important, assure Victoria Kwakwa. Il s'agit notamment de la mise en place d'un cadre politique pour l'engagement du secteur privé, de la réduction des lourdeurs administratives, de la réforme du secteur de l'énergie. »

Soutenir le secteur de l'énergie

Depuis 2016, 105 millions de dollars ont été octroyés par la Banque mondiale à la Jirama, la société publique de distribution d'électricité, à travers le projet Pagose, qui vise au redressement de l'entreprise. « Nous n'avons pas obtenu autant de succès que nous l'aurions souhaité dans notre soutien au secteur de l'énergie. Cependant, nous ne pouvons pas abandonner. C'est un secteur qui est primordial pour la croissance. Nous sommes à ce stade en discussion avec le gouvernement et la Jirama sur certaines modalités fondamentales autour de la gestion de ce secteur. »

Un secteur régulièrement pointé du doigt pour sa mauvaise gestion et son service de piètre qualité. La Jirama est d'ailleurs secouée depuis plusieurs jours par une affaire de détournement de fonds impliquant de hauts fonctionnaires.

►À écouter aussi : Afrique Économie - La Banque mondiale peut-elle lutter contre le changement climatique ?