Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Procès des attentats de Bruxelles: les incidents de séance s’accumulent au quatrième jour d'audience

Au quatrième jour du procès bruxellois des attentats terroristes du 22 mars 2016, un nouvel incident est venu longuement interrompre l’audience et encore ralentir le laborieux démarrage de ce procès.

Depuis son ouverture, le procès de ces attaques jihadistes qui ont fait 32 morts le 22 mars 2016 dans la capitale belge est perturbé par les conditions de sécurité drastiques imposées aux accusés détenus. Ce jeudi, c'est Ali El Haddad Asufi qui a été au centre de l’attention, à nouveau pour les conditions de transfert de la prison vers le tribunal. Il a affirmé avoir été violenté par les policiers chargés d’encadrer les transferts, d’avoir été quasiment étranglé et d’avoir perdu connaissance, rapporte notre correspondant à Bruxelles, Pierre Bénazet. La présidente de la cour d’assises a donc suspendu la séance et demandé une expertise par un médecin légiste.

Après une interruption de près de deux heures, le médecin a témoigné de la présence d'« ecchymoses et érythèmes au niveau du cou » d’Ali El Haddad Asufi de nature à confirmer les affirmations sur les violences subies. Malgré les marques de coups, semblant attester aussi qu'il a été traîné au sol, Ali El Haddad Asufi a été jugé apte à comparaître, mais le Belgo-marocain de 38 ans a annoncé qu'il préférait rester en cellule au palais de justice. L’ensemble de ses coaccusés qui comparaissent dans le box ont alors demandé à quitter l’audience par solidarité. Les frères Farisi, qui comparaissent libres, sont ainsi restés les seuls accusés dans la salle.

Un procès amputé d'un juré supplémentaire

Le procureur a ensuite repris l’acte d’accusation dont la lecture avait commencé mardi. Moins de la moitié avait pu être lue avec l’accumulation des incidents de séance. Le démarrage est d’autant plus laborieux qu’un quatrième juré fait défaut depuis ce jeudi, victime d’une gastro-entérite. « J’espère que ce n’était pas contagieux » assène la présidente de la cour d’assises avant de rouvrir les débats.

Les attentats-suicides de Bruxelles, revendiqués par le groupe État islamique, ont été perpétrés par la cellule jihadiste déjà l'origine des attaques du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis. Cinq des neuf accusés qui comparaissent à Bruxelles – dont Abdeslam, Abrini et El Haddad Asufi – ont déjà été condamnés dans le procès-fleuve qui s'est achevé en juin à Paris pour les faits du 13-Novembre.

► À lire aussi : Procès des attentats de Bruxelles: cinq accusés dont Salah Abdeslam quittent l'audience

(Et avec AFP)