Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

RDC: les religieux veulent une aide internationale pour protéger les forêts d'Afrique

En RDC, les confessions religieuses donnent des orientations à la soixantaine de ministres de l’Environnement réunis depuis lundi à Kinshasa pour les travaux préparatoires de la COP27. Les chefs religieux mettent en garde contre la déforestation, mais pour le cas du Congo – Kinshasa où les autorités confirment leur intention d’exploiter les richesses forestières, ils demandent à la communauté internationale de les dissuader par des compensations financières dans le cadre du fonds climat.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Pascal Mulegwa

C’est sous la bannière de l’initiative interreligieuse pour les forêts tropicales que les chefs religieux se sont présentés devant les conférenciers. Premier message, le seuil de la déforestation qui avance à travers le continent. Ce que les religieux ont également fustigé, leur mise à l’écart dans la gestion des questions climatiques.

« Nous voulons encourager les gouvernements des pays ici présents à arrêter la déforestation et la dégradation des forêts et en faire une priorité essentielle de leurs actions, déclare Mgr Donatien Nshole, de l’Église catholique. De considérer les structures religieuses comme des partenaires. Ces structures sont actives dans la sensibilisation, la formation et la mobilisation de tous les croyants dans toutes les structures comme la famille, les paroisses, les écoles, instituts et universités ».

Appel aux pays industrialisés

Alors que Kinshasa a lancé des appels d’offres d’exploitation d’une trentaine de blocs pétroliers et soulevé une levée de boucliers, les chefs religieux mettent les pays industrialisés face à leur responsabilité.

« Conformément à l’engagement de plusieurs de nos communautés de foi au désinvestissement dans le secteur des hydrocarbures, nous demandons à l’assemblée de la pré-COP27 de faire en sorte que, lors de la COP27, le fond vert pour le climat et d’autres mécanismes de la finance climatique permettent effectivement à la RDC d’éviter l’exploitation du pétrole et du gaz dans les forêts, d’éradiquer la pauvreté et d’assurer l’accès universel à l’énergie propre à la RDC », appelle Mgr Donatien Nshole.

La note d’orientation présentée plaide aussi en faveur des droits fonciers des peuples indigènes. Ils sont plus de 60 millions dans les forêts tropicales humides, en grande partie intactes et donc riches en carbone.

►À lire aussi : À la pré-COP27 en RDC, Kinshasa confirme son intention d'exploiter ses blocs pétroliers