Niger
This article was added by the user . TheWorldNews is not responsible for the content of the platform.

Ukraine: un rapport de l'ONU détaille 441 exécutions de civils au début de la guerre

441 civils ukrainiens ont été exécutés par les troupes russes dans les premières semaines de l’invasion, selon un rapport du Haut-commissariat aux droits de l'homme des Nations Unies. Ce chiffre ne constitue qu’une partie des crimes qui sont imputés aux forces russes dans les régions qu’elles ont occupées.

Ce rapport de la mission de surveillance des droits de l'homme des Nations unies en Ukraine se borne à trois régions du nord du pays : Kiev, Tchernihiv et Soumy. Elles étaient sous contrôle russe jusqu'à début avril. Le document n’inclut donc pas des régions libérées plus tardivement comme les régions de Kharkiv ou Kherson.

Des enquêteurs ont rassemblé des preuves dans 102 localités, mais le rapport souligne que le bilan humain total dans ces régions est probablement bien plus élevé. La grande majorité des victimes sont des hommes, mais il y a également des femmes et des enfants. « Les actes en question ont été commis par des forces armées russes qui contrôlaient ces zones et ils ont conduit à la mort de 441 civils (341 hommes, 72 femmes, 20 garçons et huit filles) », détaille le document.

► À lire aussi: Ukraine: «L'enjeu n'est pas tant d'établir la réalité des crimes de guerre que les responsabilités»

Les observations faites sur un nombre important de corps indiquent que ces civils ont subi des exécutions sommaires en détention ou ont été tués alors qu'ils se déplaçaient à pied, à vélo ou en voiture. Sur 100 décès ayant fait l'objet d'une enquête approfondie, 57 sont classés comme des exécutions sommaires, dont 30 concernent des personnes en détention au moment de leur mort, détaille le rapport. 

En visite en Ukraine, le haut-commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Volker Türk a précisé que son bureau continuait « chaque jour » de recevoir des informations sur des crimes de guerre, exécutions sommaires, tortures, disparitions forcées, détentions arbitraires ou violences sexuelles.

Moscou a nié à plusieurs reprises s'en prendre délibérément à la population civile depuis le début de l'invasion russe de l'Ukraine.